Le home-staging, une simple tendance déco ?

Décorateur d’intérieur, home stager, designer, architecte d’intérieur, coach déco… Aujourd’hui, on rencontre différents corps de métier dans l’univers de l’immobilier qui semblent tous parler de la même chose. Que ce soit par le biais d’un agent immobilier, d’une personne de votre entourage ou de la télévision, vous avez peut-être déjà entendu parler du home staging. C’est la véritable star du marché immobilier aux États-Unis depuis des décennies et le nouveau miracle du secteur européen de la vente d’habitation. Zoom sur le métier de home stager, indispensable à la valorisation immobilière ou simple tendance (lire aussi notre article sur les tarifs appliqués par les home-stagers)?

La différence avec les autres métiers de la décoration

Le home stager est la personne qui devra remettre une habitation au goût du jour en la rendant plus agréable. Son intervention est censée apporter de la valeur ajoutée à une maison pour en améliorer le confort et surtout pour en faciliter la vente. Par son action, il réinvente l’esthétique intérieure et extérieure pour que cette dernière s’accorde à la tendance du marché et plaise au maximum de personnes, sans se limiter aux seules impressions du propriétaire. C’est ce critère qui permet de le différencier :

• Du décorateur d’intérieur qui apporte du style à une maison ou une pièce sans toucher à sa structure, et ce, dans le respect strict des goûts du propriétaire.

• De l’architecte d’intérieur (et ses connaissances techniques non négligeables) qui façonne un lieu de vie en jouant sur les volumes, la luminosité, les cloisons ou les ouvertures afin de créer un espace reflétant la personnalité de ses clients.

• Du coach déco qui se limite à prodiguer des conseils créatifs auprès de clients en mal d’inspiration ou indécis, sans forcément s’occuper personnellement de l’exécution du projet.

Un élément de valorisation immobilière

Il est établi qu’environ « 90 % des achats immobiliers s’opèrent sur un coup de cœur, l’acheteur prenant sa décision dans les 90 premières secondes de la visite ». Bien que ces chiffres avancés par la profession soient impossibles à vérifier, il demeure évident que la majorité des opérations immobilières se concrétisent sur un coup de cœur. En général, si la première impression est mauvaise, il sera difficile de rattraper le coup auprès du client intéressé. Ce phénomène génère un buzz tel que même les grandes institutions universitaires comme l’ESI et des banques comme Cetelem se sont greffés au mouvement en proposant soit des formations ou en facilitant l’octroi de prêt préférentiel à la moindre évocation de ce terme.

Ses détracteurs s’accordent à dire que n’importe qui pourrait nettoyer sa maison pour la mettre ensuite en vente, mais en fait, cela ne fait que renforcer la conviction de ceux qui y croient. Vendre une habitation ce n’est pas comme vendre une voiture ! Une maison, ça se réinvente, ça se réaménage, ce n’est pas figé dans le temps et l’espace contrairement à une automobile. Même si elle est ponctuelle, une tendance déco qui peut faciliter la concrétisation d’une vente au meilleur prix pour le vendeur est un argument dont il faut absolument tenir compte.

Autour du même sujet

Evaluer le coût d’une prestation de home-staging
Augmenter la valeur de son bien à la revente grâce au home-staging

Ce site utilise des cookies pour optimiser votre expérience utilisateur.
Plus d'info Accepter